Auto-Entrepreneurs artisans : vous accompagner et vous former à demain

1,3 million : c’est le nombre d’Auto-Entrepreneurs inscrits en France en 2019. Depuis sa création en 2009, ce statut professionnel n’a eu de cesse d’encourager les Français à créer leur micro-entreprise dans des domaines variés et notamment l’artisanat.

Vous envisagez de créer votre micro-entreprise ? Notre article vous apporte les réponses et vous accompagne dans cette formidable aventure.

Toutefois, si vous voulez vous simplifier la vie dès à présent, créez votre Auto-Entreprise avec un conseiller expert directement par téléphone, qui vous expliquera tout : 

Auto-Entrepreneur, un statut en constante évolution

Créé en 2009, le statut d’Auto-Entrepreneur a rencontré un grand succès, notamment ces dernières années. Celles et ceux à la recherche de plus de souplesse dans leur vie professionnelle ont trouvé satisfaction dans cette nouvelle manière de travailler.

De plus en plus d’intérêt pour ce statut professionnel

En moyenne, 350 000 personnes créent leur micro-entreprise tous les ans, et ce chiffre augmente d’année en année. Grâce à un régime fiscal et social allégé, ce statut attire de plus en plus de professionnels en quête de plus d’indépendance.

Remis en cause peu de temps après sa création, ce nouveau statut avait fait craindre le développement d’une multitude d’Auto-Entreprises fantômes, dont le chiffre d’affaires serait très limité voire nul. Pourtant, après plus de 10 ans d’existence, cette nouvelle forme juridique a su faire ses preuves et a permis à des centaines de milliers de personnes de se lancer dans l’aventure de l’Auto-Entrepreneuriat.

Devenir Auto-Entrepreneur : une opportunité d’épanouissement professionnel

Pourquoi devenir Auto-Entrepreneur en tant qu’artisan ?

Facile à mettre en place, le statut d’Auto-Entrepreneur vous permet de démarrer rapidement une activité qui vous ressemble et vous donne l’opportunité de travailler selon vos propres conditions autour de votre métier d’expertise.

Les activités possibles comme Auto-Entrepreneur artisan 

L’artisan est un professionnel qui fabrique ou transforme des produits sans qu’il s’agisse de production en série ou de prestations de services.

Ce statut comprend des professions très diverses liées :

  • à l’alimentation comme le boulanger ou le poissonnier,
  • à la fabrication notamment de textiles,
  • au bâtiment comme le menuisier ou le maçon,
  • à des prestations de services comme le coiffeur ou le paysagiste.

Quelles formations en amont de la création ?

En tant qu’artisan, certains domaines d’activité nécessitent une qualification professionnelle. Deux options s’offrent alors à vous : faire valider votre expérience (3 ans suffisent généralement) ou détenir un diplôme reconnu. Pour certaines activités, il faudra également suivre des formations concernant l’hygiène et la sécurité.

En parallèle des formations obligatoires, il peut être judicieux de suivre également des formations d’aide à la création d’entreprise. Dans ce cas, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de votre département ou encore Pôle Emploi peuvent vous être d’une grande aide.

Définissez votre projet

Vous êtes salarié et souhaitez travailler de manière indépendante ? Le statut d’Auto-Entrepreneur pourrait être la solution adaptée. Avant de vous lancer vous devrez définir votre projet, vos objectifs financiers et professionnels et anticiper les démarches administratives liées au statut.

Par ailleurs, le succès de votre entreprise repose sur la solidité de votre projet et sur une analyse rigoureuse de votre secteur et de vos clients potentiels. 

Formations, étude de marché, contact auprès d’organismes spécialisés : toutes ces étapes seront un atout pour démarrer votre activité. En effet, plus tôt vous aurez défini la valeur ajoutée de votre travail et les moyens de communication à utiliser pour vous faire connaître, mieux vous appréhenderez votre marché.

Les quatre étapes suivantes pourront vous aider à réaliser votre étude de marché :

  • Définissez les forces de vos produits
  • Déterminez l’environnement dans lequel vous allez évoluer
  • Identifiez la demande et assurez-vous que votre produit réponde à un besoin
  • Analysez vos concurrents et leurs offres

Comment devenir Auto-Entrepreneur artisan ?

Une fois votre projet clairement défini, arrive la phase de création et des formalités administratives. Ces démarches nécessitent tout de même d’être rigoureux pour éviter les mauvaises surprises.

Les conditions d’accès à ce statut

Toute personne exerçant une activité artisanale (métiers de l’alimentation, du bâtiment mais aussi de la production et du service) peut prétendre à la création d’une Auto-Entreprise. Comme mentionné précédemment, l’artisan qui souhaite se lancer à son compte doit justifier de son expérience et de ses compétences.

D’un point de vue juridique, devenir Auto-Entrepreneur est accessible à toute personne physique (sous conditions) qui souhaite démarrer une activité à titre principal ou complémentaire. L’artisanat recouvre trois grandes catégories : les métiers du bâtiment, les métiers d’alimentation et les métiers de production et de service. Selon que la profession est réglementée ou pas, les formalités de déclaration sont différentes.

En parallèle de sa micro-entreprise, l’Auto-Entrepreneur a la possibilité d’exercer la même activité en étant rémunéré cette fois sous forme de CESU. Dans ce cas, il est alors salarié de son employeur particulier qui lui délivre ces CESU.

Le micro-entrepreneur cumule alors, ce qui est parfaitement légal, le statut de travailleur non salarié et le statut de salarié. Dans ce cas, ses cotisations retraite en particulier se cumulent.

Créer votre Auto-Entreprise

Les étapes de la création de votre statut peuvent être suivies de la manière suivante :

  • S’immatriculer auprès de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (dans certains cas, vous devrez également vous enregistrer auprès du Registre du Commerce et des Sociétés)
  • Collecter les documents nécessaires : formulaire de création Cerfa P0, un formulaire P0 CMB, une copie de carte d’identité, attestation sur l’honneur de non-condamnation et justificatif de domicile de moins de 3 mois (selon les situations, des documents supplémentaires peuvent être requis)
  • Recevoir le numéro de SIRET et l’extrait K-bis qui attestent officiellement de l’existence juridique de votre Auto-Entreprise

La gestion de votre entreprise

Vous venez de recevoir votre numéro de SIRET et êtes prêt à démarrer votre activité. Avant de vous lancer, lisez attentivement les informations suivantes concernant l’imposition et l’assurance de votre entreprise.

Comptabilité et imposition

Un Auto-Entrepreneur artisan répond à la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (appelé également micro BIC) qui définit le régime d’imposition.

Lors de la création, vous aurez le choix entre deux modes d’imposition : le prélèvement à la source (par défaut) ou le Versement Fiscal Libératoire qui est soumis à des conditions de revenu fiscal. Le choix sera alors mentionné dans le compte-rendu fiscal envoyé par le Service des Impôts des Entreprises (SIE).

La périodicité des déclarations de chiffre d’affaires est aussi un élément à prendre en compte dans la gestion de votre structure. Vous pourrez effectuer votre déclaration de chiffre d’affaires mensuellement ou de façon trimestrielle.

En ce qui concerne la TVA, vous pouvez en être exonéré à condition que votre chiffre d’affaires ne dépasse pas le seuil de franchise de 34 400 € HT/an pour les prestations de services et les activités libérales et 85 800 € pour une activité de commerce ou d’hébergement. Au dépassement du plafond et après une période dite de tolérance, vous devrez régler la TVA et la facturer à vos clients.

L’une des particularités du régime d’Auto-Entrepreneur repose sur le fait que les patrimoines personnel et professionnel se confondent. Vos finances personnelles sont donc à risque si les ressources de votre Auto-Entreprise ne peuvent couvrir vos dettes. Pour éviter une telle situation, vous pouvez opter pour le régime EIRL qui permet de séparer les deux patrimoines.

Enfin, vous avez certaines obligations comptables telles que :

  • Émettre des factures à vos clients et conserver les preuves de vos dépenses
  • Tenir un livre de comptes : livre des recettes et registres des achats
  • Ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité si votre chiffre d’affaires dépasse 10 000 €

Assurances et cotisations sociales

Les artisans Auto-Entrepreneurs sont soumis à des cotisations sociales au taux de 22% du chiffre d’affaires mais peuvent en être exonérés (sous conditions) grâce à l’ACRE (Aide à la Création et à la Reprise d’Entreprise) pendant un an.

Outre les charges sociales, vous devrez vous acquitter d’un certain nombre de taxes telles que : la Contribution à la Formation Professionnelle (CFP), la Taxe pour Frais de Chambre Consulaire (TFCC), et la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE).

En tant qu’Auto-Entrepreneur artisan, vous bénéficiez de l’assurance maladie gérée par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM). Vous aurez également droit à l’assurance maternité/paternité ainsi qu’une couverture maladie avec des indemnités journalières (combinables avec une mutuelle). L’assurance invalidité-décès quant à elle dépend de nombreux critères et il est fortement conseillé de souscrire à une assurance prévoyance santé.

Pour ce qui est de la retraite, vous êtes rattaché à la caisse de Sécurité Sociale des Indépendants et acquérez des droits selon un montant minimum de chiffre d‘affaires.

D’autres prestations sont accessibles telles que la prime d’activité gérée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) ainsi que des aides pour lesquelles Pôle Emploi pourra vous conseiller.

Enfin, bien que non obligatoire pour les artisans, il est fortement conseillé de souscrire à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RC Pro) qui vous couvre des dommages matériels, immatériels et corporels causés à vos clients ou à des tiers dans le cadre de vos activités. En cas de litiges, vous pourrez également bénéficier d’une assistance juridique. 

L’assurance décennale des Auto-Entrepreneurs

Si vous êtes Auto-Entrepreneur du BTP, l’assurance décennale est une obligation légale

Elle permet d’assurer tous vos travaux sur une durée de 10 ans. Elle est généralement assez onéreuse, mais nous pouvons vous proposer en exclusivité le meilleur tarif de France via notre partenaire Simplis :

L’autre avantage de Simplis est la rapidité : l’attestation d’assurance vous sera délivrée en 24 heures après souscription.

L’avenir de l’artisanat à travers l’Auto-Entrepreneuriat

Après une décennie d’existence, qu’en sera-t-il du statut dans les prochaines années ? Une chose est sûre ; les Auto-Entrepreneurs artisans n’ont pas fini de créer et d’innover. Certains même ont su se former de manière progressive pour finalement obtenir la plus haute distinction de l’artisanat : le statut de maître artisan. Ces dix dernières années le secteur s’est organisé et construit par l’expérience, il a d’ailleurs observé un recul des créations d’entreprises classiques alors que les immatriculations de micro-entrepreneurs ne cessent d’augmenter.

L’Auto-Entreprise est un tremplin pour lancer votre activité, devenir indépendant et développer des compétences spécifiques dans votre domaine d’activité. C’est un modèle viable pour se lancer dans l’indépendance. Rapide et simple, ce statut est parfaitement adapté aux métiers de l’artisanat.

En complément d’activité ou à temps plein, les portes de l’Auto-Entrepreneuriat sont ouvertes à tous alors n’attendez plus ! Si vous le souhaitez, un conseiller du site Auto-Entrepreneur.fr peut vous guider de A à Z pour la création de votre Auto-Entreprise, jusqu’à l’obtention de votre N°SIRET. N’hésitez pas à en profiter !