Comment limiter ses dépenses quand on est Auto-Entrepreneur

À l’inverse des autres régimes, celui de l’auto-entreprise empêche de soustraire les “charges” liées à son activité. Ce qui a un impact direct sur les revenus de l’auto-entrepreneur, puisque chaque investissement qu’il fait lui revient au prix TTC payé de sa poche. C’est pourquoi on lui préconise de faire le moins de dépenses possible, ou encore de les intégrer au maximum dans des frais dits “de débours”.


Ne pensez plus en termes de charges : ce sont bel et bien des dépenses que vous faites

Les entreprises de type SARL ou SAS ont la possibilité, sur le plan comptable, de “déduire leurs charges”. Concrètement, cela signifie que leurs dépenses (sur lesquelles elles récupèrent la TVA) vont diminuer leur résultat, ce qui réduit de facto leur imposition.

Mais pour un Auto-Entrepreneur, la situation est très différente. En plus de payer n’importe quel bien au prix TTC, il n’a aucune possibilité de diminuer son imposition ou ses cotisations sociales. En pratique, ses dépenses sont donc comparables à des frais personnels…

Evidemment, certains investissements sont nécessaires. Si vous faîtes de l’achat et vente de biens, vous allez forcément devoir investir dans des stocks pour débuter ! Mais l’idée ici, c’est de comprendre pourquoi il faut minimiser le plus possible vos dépenses, afin de conserver une rentabilité maximale.

Pensez aux frais de débours pour limiter la casse

Pour ne pas avoir à réaliser trop d’achats, deux conseils :

  • Vous pouvez demander au client d’acheter lui-même le produit (exemple : un robinet à installer) et de le mettre à votre disposition pour le temps que dure votre intervention,
  • Vous pouvez également, après avoir acheté le produit, demander au fournisseur une facture adressée au nom du client, en lui demandant par la suite de vous dédommager des frais que vous avez engagés. 

Dans le second cas, on parle de “frais de débours”. Le plus de cette technique : cela n’augmente pas votre chiffre d’affaires, car vous n’avez pas de facture supplémentaire émise ! Le moins : cette technique n’est envisageable que dans le cas où votre client est un particulier, car évidemment, un professionnel ayant acheté un bien au prix HT n’a aucun intérêt à vous rembourser ce même produit au prix TTC…

Démonstration par l’exemple :

Premier cas : l’auto-entrepreneur décide de se charger de l’achat de la peinture. Il facturera par la suite au client ces frais d’achat de peinture.

Son Chiffre d’Affaires : 3800€

Il va devoir payer :

  • 23% de charges dessus, soit 874€ 
  • S’il a choisi le mode d’imposition libératoire, il doit également régler 1,7% de prélèvement, soit 65€

Finalement, il gagne donc (3800-800)-874-65= 2061€ !

Second cas : l’auto-entrepreneur décide de demander à son client d’acheter la peinture directement (ou bien en frais de débours). Il ne compte donc aucun frais dans sa facturation.

Son Chiffre d’Affaires : 3000€

Il va devoir payer :

  • 23% de charges dessus, soit 690€
  • S’il a choisi le mode d’imposition libératoire, il doit également régler 1,7% de prélèvement, soit 51€

Finalement, il gagne donc 3000-690-51= 2259€ !

 —————–

Un auto-entrepreneur doit donc être très vigilant sur ses dépenses. Ne pouvant pas déduire ses charges, il faut absolument limiter les coûts pour maintenir des profits. Le recours au frais de débours est une bonne solution pour l’y aider.