Covid-19 : Ce que Gérald Darmanin a voulu dire aux Auto-Entrepreneurs

En accordant une interview exclusive à Auto-Entrepreneur.fr, le Ministre de l’Action et des Comptes Publics a souhaité s’adresser directement à la communauté des Indépendants. Analyse du discours porté par l’un des rôles-clé du Gouvernement dans la sortie de crise.

Toutes les mesures pour les Auto-Entrepreneurs

Au cours de cet entretien, Gérald Darmanin est revenu en détail sur l’ensemble des dispositifs de soutien aux Auto-Entrepreneurs pris depuis le début de la crise du Covid-19. Parmi eux, nous retrouvons : 

  • l’Aide de 1500 € du Fonds de Solidarité, pour tous les Auto-Entrepreneurs ayant fait l’objet d’une fermeture administrative ou ayant subi une perte de plus de 50% de chiffre d’affaires ;
  • le report des cotisations sociales pour tous les Auto-Entrepreneurs, qu’ils aient opté pour les déclarations mensuelles ou trimestrielles ;
  • les prêts bancaires garantis par l’État à hauteur de 90%, pour permettre aux Auto-Entrepreneurs d’accéder à des crédits bancaires plus facilement ;
  • les indemnités journalières, dans le cas où l’Auto-Entrepreneur ne peut pas télétravailler et a un enfant de moins de 16 ans à domicile, ou est considéré comme personne vulnérable.
  • enfin, la réforme de l’ACRE étant reportée au prochain trimestre, les créateurs d’Auto-Entreprise qui en sont éligibles pourront en bénéficier selon ses précédents taux d’exonération de cotisations sociales, plus avantageux.

Important : Le Ministre a précisé que toutes ces aides seraient reconduites, au moins pour le mois d’avril.

La promesse d’aller plus loin

Interrogé sur le sujet, Gérald Darmanin a reconnu que les Indépendants, et particulièrement les Auto-Entrepreneurs, sont les plus vulnérables lorsqu’une telle crise survient. Il a ainsi insisté sur la volonté du Gouvernement de renforcer le statut de l’Auto-Entreprise sur cette fin de quinquennat.

Le Ministre fait ainsi mention de la suppression du RSI et de l’harmonisation du système de santé, mais également de l’allocation des travailleurs indépendants (ATI) émergée fin 2019, qui est un premier pas vers l’allocation chômage des Auto-Entrepreneurs.

Toutefois, il se veut lucide sur le fait que la situation des Auto-Entrepreneurs est loin d’être idéale, et qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour estimer que le régime de la micro-entreprise protège suffisamment ses affiliés.

Un ton déterminé, une envie de rassurer

D’un point de vue de la forme, le message se veut clair dès la première phrase : “tout mettre en œuvre pour accompagner les entrepreneurs”. Il est reformulé à chaque réponse, pour en faire l’idée directrice de l’entretien. Pour l’exécutif, s’il fallait que les Auto-Entrepreneurs ne retiennent qu’une information, ce serait celle-ci.

Gérald Darmanin a également insisté sur le côté exceptionnel de l’évènement (“crise inédite, massive, globale”, “mesures de soutien sans précédent”…). D’abord, cela permet de justifier des dispositions à contre-courant de la ligne politique du Gouvernement, en les ancrant dans une période précise. Aussi, cela met en valeur l’agilité des pouvoirs publics et la capacité de l’exécutif à totalement se réinventer en temps de crise (“déployé des efforts considérables”).

Enfin, une autre affirmation apparaît à plusieurs reprises, à savoir que les Auto-Entrepreneurs sont des moteurs de notre société. Le discours pointe notamment sur leurs efforts fournis au quotidien, et leur valeur ajoutée qui a longtemps été minimisée. Ainsi, la conclusion du Ministre est que lorsque l’économie devra se relancer, la France pourra compter sur l’implication des Auto-Entrepreneurs pour soutenir l’effort national.