« Je n’aurais pas osé redevenir indépendante sans les taux de cotisations proposés par l’auto-entrepreneur ! »

 

Américaine d'origine et parisienne depuis plus de 15 ans, Nikki Meyer est à son compte depuis le 25 mai. Elle traduit, relit et rédige toutes sortes de documents, notamment dans les domaines de la finance et de l'informatique. Son besoin de souplesse et d'épanouissement ont fait d'elle une auto-entrepreneuse comblée. Une aventure autonome qui la rend heureuse, assurément...

 

Nikki_Meyer Nikki Meyer, créatrice de Circa Consulting.

 


 

> Planète auto-entrepreneur (PAE) : Qu'est ce qui vous a poussé à lancer votre activité ?


Nikki Meyer (N.M.) :
Ça faisait un moment que j'avais envie de changement. Mais j'ai pris mon temps. J'ai suivi des modules de formation sur la création d'entreprise à la Chambre de Commerce. Avec mon ancien employeur, nous avons convenu, d'un commun accord, les conditions de la rupture de notre contrat. Cette «rupture conventionnelle» m'a permis de bénéficier de l'allocation chômage afin de ne pas me lancer dans le vide !


> PAE : Pourquoi avoir choisi le statut d'auto-entrepreneur ?


N.M. : J'ai découvert ce régime qui paraissait adapté à mes aspirations. Je me suis dit qu'avec lui, j'allais pouvoir développer une clientèle sans avoir tout de suite des charges prohibitives inhérentes à la création d'entreprise. J'ai déjà été à mon compte, mais j'ai dû arrêter. En perdant mon plus gros client, je me suis retrouvée déficitaire à cause des charges !
Ce statut est un véritable tremplin. Les taux de cotisations sont très avantageux pour quelqu'un qui débute. Mon but est d'atteindre un rythme de croisière. Une fois ma clientèle fidélisée et dès les 32 000 € de plafond atteint, je change de régime.

 

> PAE : Comment développez-vous votre activité ?


N.M. : J'utilise Internet pour me faire connaître. Je suis inscrite sur des sites comme Viadeo, Linked-In et j’ai créé ma fiche annuaire sur Planète-auto-entrepreneur. Je suis en veille permanente. Je regarde les gens qui ont consulté mon profil et je prends contact avec eux. Je suis particulièrement vigilante quand il s'agit d'entreprises ou d'agences spécialisées dans mes domaines de compétence. J'utilise également mon réseau personnel et professionnel à qui j'envoie régulièrement des mails d'information. J'ai deux types de clients potentiels : les entreprises «en direct» et les agences qui font appel à des traducteurs. Pour ces dernières, quand je suis recommandée par des traducteurs que je connais et qui travaillent déjà pour elles, c'est bien plus facile. Enfin, j'essaye d'avoir une démarche active et professionnelle en proposant une première rencontre à mes «futurs» clients.

 

 

 

{seblod template=[onglets]} {Onglet-O-titre}Fiche d’identité{/Onglet-O-titre} {Onglet-O-texte}Nikki Meyer, créatrice de Circa Consulting
Activité : traduction français/anglais.
Lancement : 25 mai 2009.{/Onglet-O-texte} {/seblod}


Pour Nikki Meyer, devenir auto-entrepreneur,
c’est aussi mieux concilier vie pro et perso. >>

{seblod template=[cadres]}{estatp}itw-nikki-meyer-p1{/estatp}{estatg}PAE-PAP1{/estatg}{/seblod}