« Grâce à mon réseau de contacts, j’ai pu lancer mon activité sans risques ! »

 

En reconversion, Véronique Pascard prépare la création de son studio de yoga avec minutie. Business plan, étude de marché, prévisionnel d’activité… Tous les indicateurs sont bons. Pourtant quand elle sollicite l’avis de dirigeants d’entreprises, ils sont plus pessimistes. Son projet est trop ambitieux. Sur les conseils judicieux d’un ami, elle décide de tester son activité avec le régime de l’auto-entrepreneur. Aujourd’hui une dizaine de clients confortent son ambition !

 

veronique-pascard Véronique Pascard, créatrice de Yogattitude.


 

> Planète auto-entrepreneur (PAE) : De l’informatique de gestion au Yoga, c’est le grand écart ! Comment cela s’est-il passé ?


Véronique Pascard (V. P.) : J’étais directrice marketing depuis 20 ans. À 45 ans, cela ne me convenait plus. J’avais besoin de changer d’horizon, de métier, de secteur. J’ai entamé un bilan de compétences et j’ai fini par comprendre que je ne pourrai plus travailler comme avant. Mais pas question de rester femme au foyer ! Je pratiquais déjà le yoga depuis des années. Et l’évidence m’a sautée aux yeux. En plus d’être un art de vivre, une philosophie pour certains, le yoga est aussi une activité rémunérée. Pourquoi ne pas faire comme mes professeurs ?


> PAE : Vous vous lancez à temps plein sur ce projet, comment être sur de soi quand ne connaît pas son secteur ?


(V. P.) : Sur le plan pratique, j’ai suivi une formation et de nombreux stages diplômants. L’inconnu, c’était le marché potentiel ! Je me suis donné 6 mois pour réaliser un business plan. Un descriptif complet de mon activité et de ses développements, une étude des besoins, des prévisionnels d’activité… L’étude a confirmé l’intérêt des habitants de ma commune pour le yoga. Je pouvais me lancer sereinement. J’imaginais déjà les locaux que je pourrais louer, les salles du studio, le programme de cours…

 

> Pourquoi avoir choisi l’auto-entrepreneur ?


(V. P.) : J’ai sollicité les avis de mes contacts. Et heureusement ! Un ami dirigeant d’entreprise a tiré la sonnette d’alarme. Créer mon studio imposait des investissements lourds. Je n’aurais pas pu me dégager de salaire suffisant. Selon lui, me lancer sans tester le succès des cours et la fidélité des élèves était beaucoup trop risqué. Il valait mieux démarrer plus modestement. J’ai revu mes ambitions. L’auto-entrepreneur était la meilleure solution et le plus simple pour débuter. Pour le moment, fini le studio. J’ai aménagé le sous-sol de ma maison pour seulement 5000 €. Avec des locaux professionnels, la facture aurait été 10 fois plus élevée.

 

salle-yoga Studio de Yoga à Nogent-sur-Marne.


{seblod template=[onglets]} {Onglet-O-titre}Fiche d’identité{/Onglet-O-titre} {Onglet-O-texte} Véronique Pascard, créatrice d’un studio de yoga dynamique Vinyasa à Nogent-sur-Marne.
Activité : cours de yoga en groupe ou individuels.
Lancement : juin 2009.
Ambition : développer l’activité et fidéliser la clientèle de manière à lancer un studio de plus grande envergure.{/Onglet-O-texte} {/seblod}



Une étude de marché à moindre coûts >>

 

{seblod template=[cadres]}{estatp}itw-veronique-philippe-pascard-p1{/estatp}{estatg}PAE-PAP1{/estatg}{/seblod}