Trouver un financement quand on est auto-entrepreneur, c’est possible ?!


Viadeo

financement auto-entrepreneur     

Quand on crée une activité, on a souvent besoin d’investir dans son projet.

Le cas de l’auto-entreprise ne fait pas exception.

 

Pour créer, il faut donc de l’argent. Mais de combien parle-t-on, exactement ?

 

En France, plus de la moitié des créateurs d’entreprise (54%) se lancent dans leur projet avec un investissement initial de moins de 8 000 € (d’après une étude Sine INSEE sur les créateurs d’entreprise, 2014).

 

 

Quel financement pour l’auto-entrepreneur ?

 

Apport personnel, Love Money (c’est-à-dire l’appui financier des proches), crowdfunding, levée de fonds, ou prêt bancaire : l’auto-entrepreneur qui cherche des financements doit envisager la combinaison d’une ou plusieurs de ces ressources.

 

Miser sur son entreprise avec ses fonds propres

Investir soi-même dans son projet ou convaincre des proches de le faire est souvent considéré comme un gage de solidité. L’auto-entrepreneur aura ainsi moins besoin de s’endetter, et sera mieux à même de faire face à un aléa économique, en cas de besoin. Par ailleurs, pour solliciter un emprunt bancaire, les fonds propres doivent en général représenter environ 30% du besoin total en financement.

 

Pourquoi est-il intéressant de recourir à un emprunt ?

 C’est plus simple d'obtenir un financement quand on l’a prévu et planifié, que lorsque les difficultés nous y contraignent, par exemple, que la situation financière se dégrade et que l’on n’a plus de trésorerie. Garder de l’épargne ou n’en utiliser qu’une partie dans son plan de financement, et compléter avec un prêt, permet d’avoir une réserve de précaution, pour saisir une opportunité rapidement, ou bien en cas de coup dur.

 

Ensuite, les dépenses au démarrage sont souvent plus élevées que prévu et le chiffre d’affaire progresse souvent lentement les premiers mois. Mieux vaut donc anticiper une trésorerie suffisante pour éviter les risques de découverts !

 

Enfin, c’est plus facile de se faire financer au démarrage. Cela permet aussi de pouvoir bénéficier de dispositifs de financement, des prêts d’honneur (prêts à 0%, remboursable avec un différé de paiement), des conseils et des aides réservées à la création d’entreprise, qui s’appuient sur un cofinancement d’une banque ou d’une organisation habilitée comme l’Adie.

 

 

Auprès de qui emprunter ?

Les prêts familiaux

Faire appel à ses proches peut signifier un remboursement plus souple, et peut constituer un apport personnel pour la demande auprès d’une banque.

 

Les prêts bancaires

Les banques étudient les dossiers de financement et calculent leur intérêt en fonction du risque. Lorsqu’une personne se lance dans la création d’une activité en auto-entreprise, elle n’est pas toujours en situation de convaincre une banque, faute de revenus stables, d’apport suffisant, d’un business plan solide, ou encore à cause de la nature de l’emprunt (les banques financeront plus facilement des investissements matériels ou la constitution d’un stock de démarrage, que de la trésorerie). Il ne faut néanmoins jamais s’arrêter à un premier refus bancaire. Il faut en moyenne 3 à 4 demandes avant de décrocher un prêt bancaire.

 

Le microcrédit

Si le projet n’est pas financé par les banques, le recours au microcrédit peut être une solution. Il s’agit d’un emprunt de 10 000 € maximum, pour tout type de besoin lié à la création ou au développement de l’auto-entreprise, dont le financement global n’excède pas 20 000 euros.

 

L’Adie est l’acteur majeur du microcrédit en France. Elle propose à la fois un financement (jusqu’à 10 000 euros) et un coaching personnalisé pour les entrepreneurs qui en bénéficie (dont 45% sont des auto-entrepreneurs). Le financement de l’Adie facilite par ailleurs l’accès au prêt d’honneur. Pour en savoir plus : contactez l’Adie par téléphone au 0969 328 110 (du lundi au vendredi, entre 8h et 18h - appel non surtaxé) ; ou prenez rendez-vous en ligne.