AdvertisementAdvertisement

Les erreurs à ne pas commettre - Déclarer son Chiffre d’Affaires

Les dix erreurs à ne pas commettre

Prêt pour un changement de cap radical ? En quittant le statut d’auto-entrepreneur pour un cadre juridique plus classique et surtout mieux adapté à la croissance de l’activité, vous vous ouvrez de nouvelles perspectives aussi sûrement que de nouveaux pièges vont se dresser sur votre parcours. Si on ne devient pas dirigeant confirmé du jour au lendemain, rien n’interdit de faire preuve de bon sens prématurément. Futurs ex-auto-entrepreneurs, voici dix erreurs à ne pas commettre avant de vous lancer dans une nouvelle aventure.


Extrait de Auto-entrepreneur, Passez à la vitesse supérieure, EIRL, EURL, SARL, SASU, SAS… de Gilles Daïd et Pascal Nguyên. Éditions Eyrolles, mai 2011.

> Changer de cadre juridique en espérant que cette conversation attiera les clients…

… et fera, enfin, décoller l’activité. Si votre business ne fonctionne pas sous le régime de l’auto-entrepreneur, revoyez votre projet de fond en comble. Un changement de statut ne fera qu’alourdir la gestion et vos frais d’exploitation sans davantage de garantie de succès.

> Attendre d’avoir atteint les limites du régime de l’auto-entrepreneur…

… pour envisager de changer de statut, d’embaucher ou de s’associer. Cette situation fera que vous vous précipiterez face à l’échéance. Le choix du nouveau cadre de votre activité nécessite une sérieuse réflexion. 

> Dépenser plus que nécessaire

… au prétexte que le régime fiscal adopté permet enfin d’intégrer les dépenses en comptabilité. 

> Ne pas anticiper, au niveau de la trésorerie

… le passage du régime microsocial à un régime social de droit commun basé sur le paiement d’acomptes forfaitaires avec régularisation en fin d’année et ce, quel que soit le chiffre d’affaires réalisé. 

> Profiter du changement de statut pour se lancer dans une nouvelle activité…

… sans posséder l’expérience, les qualifications nécessaires ni la connaissance du marché visé.