Les questions les plus fréquemment posées sur l’auto-entrepreneur

Portage salarial

Question1


Qu’est-ce qui est plus intéressant :  le portage salarial ou le régime de l’auto-entrepreneur ?

Dans un souci d’exactitude des informations livrées, le contenu de cet article a été validé par le SNEPS, Syndicat National des Entreprises de Portage Salarial.

Portage salarial ou régime de l’auto-entrepreneur

Les deux solutions ont leurs propres avantages et inconvénients. À vous de choisir celle qui vous convient le mieux.  A noter également, rien ne vous empêche de cumuler les deux.

> Quelles sont les différences entre portage et auto-entrepreneur ?

Portage salarial

Auto-entrepreneur

Votre statut juridique

Salarié de l’entreprise de portage. Vous bénéficiez donc de la protection sociale des salariés (retraite, chômage, formation)

Entrepreneur individuel. Vous bénéficiez de la protection sociale des indépendants (RSI), bien moins avantageux que celui des salariés

Avantages sociaux

Votre activité vous ouvre des droits au chômage.

•    Vous bénéficiez des Assedics.

•    Droit à la formation

Pas d’ouverture de droits au chômage.

•    Pas d’Assedics en cas de cessation d’activité*.

•    Pas de droit à la formation.

Si vous souhaitez couvrir votre activité avec une assurance RCP (Responsabilité Civile Professionnelle), vous devrez y souscrire individuellement

Relation avec vos clients

Vous démarchez et produisez directement pour vos clients mais c’est votre entreprise de portage qui les facture en son nom

Vous traitez en direct avec vos clients et facturez en votre nom vos prestations ou produits.

Rémunération

Vous recevez un salaire.  C’est l’entreprise de portage qui vous le verse chaque mois sur la base de votre activité et des montants qu’elle a facturé à vos clients.Pour calculer votre salaire, la société de portage va déduire les charges patronales et salariales et ses frais de gestion.

Le chiffre d’affaires encaissé moins vos charges (cotisations sociales) et vos achats.

Quand votre CA augmente

Plus vous développez votre chiffre d’affaires, plus les services de l’entreprise de portage vous coûtent cher (frais de gestion).En revanche, il n’y a pas de limite de chiffre d’affaires.

Des seuils de CA vous limitent. En développant votre activité, vous devez envisager un changement de régime.

Sauf s’il vous reste des droits ouverts au titre de votre précédente activité salariée. Situation à évaluer avec votre conseiller au Pôle Emploi.

Projection de revenus dans les deux situations pour une prestation de conseil :

Par exemple : Vous facturez 3 jours de missions de conseil à hauteur de 400 euros / jour.Chiffre d’affaires total pour les 3 jours : 1 200 €

Revenu en portage salarial :

L’entreprise de portage se charge de toute la gestion administrative : elle facture elle-même votre client et réalise les démarches administratives (paiement des cotisations sociales, etc). Évidemment, pour se rémunérer elle déduit de votre CA des frais de gestion (environ 10%)L’entreprise de portage déduit donc :

•    10 % de frais de gestion,

•    40 % de charges sociales et patronales dues au titre de votre activité.

Vous touchez : 600 €.

Revenu en auto-entrepreneur :

Vous prenez en charge la gestion de votre activité. Vous déduisez donc de votre CA : •    22,8 % de cotisation sociales, soit : 273,60 €Vous touchez : 926,40 €.En conclusion, si vous vous attachez au seul revenu net, le régime de l’auto-entrepreneur est plus avantageux. En revanche, le portage salarial vous permet de conserver les avantages sociaux du salariat et ne connait pas de limite de chiffre d’affaires. Il est cependant possible d’optimiser vos revenus en portage salarial en vous faisant rembourser vos frais qui ne sont pas assujettis aux charges sociales et patronales (voir l’exemple ci-après). Il présente aussi d’autres avantages liés à l’accompagnement de la société de portage salarial qui vous donnera des conseils pour trouver de nouvelles missions et développer votre chiffre d’affaires. Enfin, il vous permet de déléguer tout l’administratif et ainsi vous libérer du temps pour vous centrer sur la recherche et la réalisation de vos missions.

Projection des revenus si la prestation implique des achats externes

Attention aux limites du régime de l’auto-entrepreneur si votre prestation inclut des achats.

Exemple :Vous êtes webmarketeur et pour livrer un site Internet à votre client, vous faites appel en sous-traitance à un webdesigner. Vous allez facturer votre client du montant total du site (= votre chiffre d’affaires) et acheter une prestation à vos partenaires.

En auto-entrepreneur, vous payez vos cotisations sociales sur le chiffre d’affaires brut et ne pouvez pas déduire vos achats. Si votre client accepte que chaque intervenant le facture directement et que commercialement, cela ne vous pose pas problème, c’est la meilleure solution. Si cela n’est pas possible, faites bien vos calculs avant d’effectuer ce type de prestations en auto-entrepreneur.

Simulation :Pour réaliser le même chiffre d’affaires de 1200 €, ce webmarketeur a besoin d’acheter une prestation à un webdesigner à hauteur de 560 euros HT.S’il facture en tant que consultant porté :–    Il facturera 1200 euros HT à son client. –    De ce montant, la société de portage va enlever les achats HT. Soit un montant net de  640 euros HT.-    Sur cette base, la société de portage va calculer le salaire net à verser au webmarketeur : 640 x 50% = 320 euros.-    En plus de ce salaire net, le webmarketeur va recevoir le montant des achats en TTC de manière à pouvoir payer le webdesigner qu’il aura fait travailler sur cette mission. S’il facture en tant qu’auto-entrepreneur :–    Il facturera 1200 euros TTC à son client puisque son client ne peut pas récupérer la TVA.-    Sur ces 1200 euros TTC, il paye 22,8% de charges, soit un solde de 926,40 euros.-    A ce solde, il doit retirer le montant TTC de ses achats (il ne peut pas récupérer la TVA) soit 669,76 euros TTC.-    Cette mission lui rapportera donc 256,64 eurosOn voit donc que dans cet exemple-là, les revenus générés sont supérieurs en portage salarial.

Bon à savoir : il est possible de cumuler auto-entrepreneur et portage salarial

En tant que « porté » dans une entreprise de portage, vous avez le statut de salarié. Vous pouvez donc tout à fait créer une activité complémentaire en auto-entrepreneur et inversement.

Si vous créez la même activité en portage et en auto-entrepreneur, vous pourrez à votre guise réaliser des missions dans le cadre du portage ou en toute indépendance en facturant en auto-entrepreneur. À vous d’évaluer ce qui est le plus avantageux pour chaque mission, comme nous l’avons vu plus haut, le portage se montre avantageux pour les missions sur lesquelles vous avez des frais ou achats externes importants. Cela peut aussi vous permettre de retarder un dépassement des seuils de CA autorisés en auto-entrepreneur, ou tout simplement de basculer vers ce régime en fin d’année pour continuer à facturer après votre dépassement de seuil.

Et aussi :

  • Le portage salarial : une alternative qui séduit les auto-entrepreneurs
  • Auto-entrepreneur et/ou portage salarial : les avantages et inconvénients pour aider votre lancement

Question 2


Auto-entrepreneur, une société me propose un « contrat de mission indépendante », puis-je signer ce type de contrat ?

Oui tout à fait. Du moment que vous exercez votre activité en toute indépendance vis-à-vis de ce client.

> Quelle est la différence entre contrat de mission et contrat de travail ?

> Contrat de mission : vous êtes juridiquement et dans les faits indépendant de votre commanditaire. Vous avez une obligation de résultats et de respect des délais conclus avec votre client, mais vous organisez vous-même la production de cette mission. Vous décidez librement de travailler dans votre local professionnel (chez vous, si vous êtes installé à domicile) ou dans l’entreprise cliente, vous définissez vos horaires de travail, les outils nécessaires à la réalisation de la mission, etc. > Contrat de travail : un lien de subordination vous relie à l’employeur. Le salarié est soumis à l’autorité de l’employeur qui peut lui donner des ordres et des dir