Quitter le régime auto-entrepreneur
Les dix erreurs à ne pas commettre

 

> Embaucher ou s’associer avec un ami ou un proche à seule fin de dépanner…


… faire plaisir ou par facilité. C’est le pire service que vous puissiez vous rendre ; même si l’activité est en plein essor, votre entreprise est encore fragile. Dans cette phase transitoire, elle a besoin de gens impliqués qui ne vous rejoignent pas par hasard ou au gré des circonstances et dont vous aurez peut-être le plus grand mal à vous séparer, compte tenu du lien affectif existant.

> Ne pas prévoir dans les statuts et/ou le pacte d’actionnaires…


… et fera, enfin, décoller l’activité. Si votre business ne fonctionne pas sous le régime de l’auto-entrepreneur, revoyez votre projet de fond en comble. Un changement de statut ne fera qu’alourdir la gestion et vos frais d’exploitation sans davantage de garantie de succès.

> Ne pas prévoir dans les statuts et/ou le pacte d’actionnaires…


… les conditions de sortie des associés et de cession des parts de capital afin d’éviter les situations de blocage ou l’arrivée d’un nouvel associé indésirable.

> Se croire à l’abri en tant que dirigeant de société


En théorie, votre responsabilité est limitée au montant de votre apport en capital. Or, si vous vous êtes porté caution personnelle auprès de la banque en garantie des emprunts souscrits par la société, cette limite de responsabilité ne joue plus : le créancier peut exiger le remboursement de vos dettes sur votre propre patrimoine. En cas de violation des statuts, de faute de gestion ou de négligence, votre responsabilité civile peut être engagée et vous contraindre à combler le passif de l’entreprise sur vos deniers personnels. L’abus de bien social, enfin, est un délit qui peut conduire un tribunal à rechercher votre responsabilité pénale.

> Ne pas vous laisser dépasser par un ego surdimensionné…


… alors que votre auto-entreprise a fait ses preuves et que vous préparez à faire le « grand saut ». Il vous reste encore beaucoup à apprendre. Profitez de cette nouvelle étape pour rompre votre isolement et solliciter le parrainage de chefs d’entreprises confirmés. Une remise en question peut s’avérer parfois salutaire.

> Solliciter les conseils ou l’accompagnement…


… de spécialistes (expert-comptable, notaire, juriste d’affaires, expert en création d’entreprise, etc.) une fois seulement que l’on sent que l’on va droit dans le mur !

 

precedent Précédent

auto-entrepreneur-eirl
Extrait de Auto-entrepreneur, Passez à la vitesse supérieure, EIRL, EURL, SARL, SASU, SAS... de Gilles Daïd et Pascal Nguyên. Éditions Eyrolles, mai 2011.

 

L'équipe de Planète Auto-Entrepreneur remercie Gilles Daïd et Pascal Nguyên pour leur contribution active.

Et aussi :

> Après l’auto-entreprise, quel statut choisir ?

> Interview Guillaume Tostivint : « Mon test en auto-entrepreneur a été concluant, pour moi, pour les banques… et pour ma nouvelle société ! »

{seblod template=[cadres]}{estatp}les-dix-erreurs-a-ne-pas-commettre-p2{/estatp}{estatg}PAE-PAP1{/estatg}{/seblod}